CNES Jeunes
Français English
Envoyer à un ami Imprimer

Principes techniques

La composante spatiale


Le système Cospas-Sarsat est constitué d’une constellation de satellites en orbite basse polaire, complétée depuis 1996 par des relais géostationnaires afin d’améliorer la rapidité de détection. Chaque balise est survolée environ 24 fois par jour.

Composante Leo (orbite basse) :

  • 4 satellites américains (Noaa-K, L, M et N) emportant des répéteurs canadiens SARR à 125, 243 et 406 MHz et des instruments-processeurs français SARP 406 MHz français,
  • 1 satellite européen Metop-A (Eumetsat) emportant également un SARR canadien et un SARP français.


Composante Geo (géostationnaire) :

  • 1 satellite indien Insat 3A qui couvre l’océan Indien,
  • 2 satellites américains Goes 11 et 12 qui couvrent les océans Atlantique et Pacifique,
  • 2 satellites européens d'Eumetsat MSG-1 et MSG-2.

La composante sol


Centre de contrôle de mission français Cospas-Sarsat (FMCC), installé dans le bâtiment Descartes du Centre Spatial de Toulouse ; crédits : CNES/E.Grimault, 1999

Centre de contrôle de mission français Cospas-Sarsat (FMCC), installé dans le bâtiment Descartes du Centre Spatial de Toulouse ; crédits : CNES/E.Grimault, 1999

64 stations au sol (LUT) réparties dans 30 pays sont exploitées. Elles reçoivent 24h/24 les signaux émis par les balises et relayés par les satellites. Elles calculent ainsi la position des balises, transmise automatiquement au Centre de contrôle et de mission associé.

Les 30 Centres de contrôle et de mission opérationnels sont en charge de la distribution mondiale des données d’alerte aux centres responsables de la coordination des opérations de recherche et de sauvetage.



Les balises de détresse


Les premiers modèles de balises, émettant à 121,5 MHz , ne sont plus en service depuis le 1er février 2009. Seuls, les émetteurs à 406 MHz, conçus par le CNES, sont à présent utlisés. Ces balises sont détectables dans le monde entier et permettnt une précision de localisation réduite à 2 km environ. Certaines d'entre elles sont en outre équipées d'un récepteur GPS qui permet à la balise de transmettre une position encodée.

La taille et la forme des balises peuvent être très différentes selon les besoins : radiobalises de localisation des sinistres en mer, émetteurs de localisation d'urgence pour l'aéronautique, balises de localisation personnelle conçues pour les aventuriers, etc. Elles sont activées soit automatiquement, soit par déclenchement manuel.



Le saviez-vous ?
En France, l’administration française participe à tous les aspects du programme Cospas-Sarsat. Elle est chargée du service d’alerte, des opérations de recherche et de sauvetage dans les zones de responsabilité française. 6 centres de coordination assurent la direction des opérations de recherche et de sauvetage.

 



Haut de la page