CNES Jeunes
Français English




Envoyer à un ami Imprimer

L’astéroïde Apophis observé par un astronome français depuis le Pic du Midi


8 janvier 2013

François Colas, chargé de recherche CNRS à l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE) de l'Observatoire de Paris, a pu observer et enregistrer le 6 janvier le passage de l’astéroïde Apophis depuis l’Observatoire du Pic du Midi.

Apophis doit passer très près de la Terre en 2029

Astéroïde Apophis. Crédits : CNES/Ill. P. Carril.

Astéroïde Apophis. Crédits : CNES/Ill. P. Carril.

Baptisé du nom d’une divinité égyptienne du mal et des ténèbres (Apep), Apophis a été repéré pour la 1ere fois en décembre 2004. Les 1ers calculs indiquaient une probabilité de 2,7% pour qu’il percute la Terre en 2029. Tout risque de catastrophe a depuis été écarté par des calculs plus précis.

L’orbite de cet astéroïde géocroiseur, d’un diamètre de 270 m, a pu être affinée grâce au radar d’Arecibo à Puerto Rico en janvier et août 2005 puis en mai 2006. Quelques observations optiques ont également eu lieu en mars 2011, dont certaines depuis le Pic du Midi.

La détermination précise de l’orbite d’Apophis est particulièrement difficile en raison de la méconnaissance de « l’effet Yarkovsky », du nom de l’ingénieur russe qui découvrit au début du XXe siècle le phénomène suivant : lorsqu’un corps céleste en rotation s’approche du Soleil, il s’échauffe d’un côté avant de se refroidir lorsqu’il a tourné sur lui-même. Ce refroidissement se produit par émission d’un rayonnement infrarouge qui crée une poussée infinitésimale mais permanente sur l’astéroïde et ainsi en modifie la trajectoire.

Apophis doit passer très près de la Terre (environ 30 000 km d’altitude) le 13 avril 2029 et de la géométrie de ce passage dépendra son orbite future. Il existe quelques possibilités que cette nouvelle orbite amène à nouveau Apophis à passer très près de la Terre dans les décennies à venir.



Apophis est le point brillant qui se déplace de gauche à droite, observé sur fond d’étoile. A partir de ces observations, il est possible d’améliorer les paramètres de son orbite et en particulier d’estimer l’importance de l’effet Yarkovsky. Crédits : F.Colas - CNRS - IMCCE - OMP - OP - Pic du Midi - S2P.

Un satellite à l'étude au CNES pour mieux connaître Apophis

Observatoire du Pic du Midi dans les Hautes-Pyrénées, à 2877 m d'altitude. Crédits : Pic du Midi.

Observatoire du Pic du Midi dans les Hautes-Pyrénées, à 2877 m d'altitude. Crédits : Pic du Midi.

Pour l'heure, les radars de la NASA sont braqués sur Apophis qui doit passer aux « environs » de la Terre ce mercredi 9 janvier, à un peu plus de 14 millions de km.

Apophis restera observable à l’aide de télescopes terrestres jusqu’en février-mars 2013 puis sera perdu de vue jusqu’en 2021.

Le CNES étudie actuellement une mission spatiale destinée à déterminer la structure interne de cet astéroïde et ainsi permettre de modifier la trajectoire de ce maraudeur de l’espace, si une telle nécessité apparaît dans le futur.



Haut de la page